TRANSFORMATION NUMERIQUE avec ORANGE 

Conférence débat organisée le 

30/10/2015 par DigitalPlace et Orange Sud

Avec Bruno METTLING, DGA d'Orange et rapporteur auprès du Ministre du Travail


J'ai eu le plaisir de participer à cette après-midi, en voici  un  résumé, qui correspond à ma propre interprétation des idées énoncées.


Le ton, sérieux sans être alarmiste, et une synthèse claire, sans concession de la situation de la France dans l'Europe. Avec, en préoccupation constante, la place de l'homme dans cette profonde mutation numérique 

 

 

Le système éducatif en retard

Bruno METTLING a débuté par l'importance des accords université/écoles pour développer les compétences numériques nécessaires aux entreprises.

En soulignant la difficulté qui réside dans la vitesse à laquelle se produit la transformation, comparativement au temps de réaction de l'Education Nationale pour élaborer de nouveaux programmes ou adapter ceux existants.

En comparaison avec nos voisins européens, les startups et leur éco-système ont atteint une taille critique satisfaisante, alors que le système éducatif peine à fournir les compétences demandées.

Nadia Pellefigue, du Conseil Régional a rappelé à cette occasion, le rôle des institutions, qui doivent créer les conditions pour favoriser cette transformation. Financement des formations, chèque numérique...

 

Les grandes entreprises ont démarré leur mutation:

La prise de conscience est réelle, la plupart des grandes entreprises ont compris que le mode de fonctionnement des startups doit les bousculer et les aider à évoluer. Nombreuses sont celles qui ont entrepris les démarches pour mutualiser les moyens et l'expérience de ces structures souples et rapides, en leur ouvrant des espaces de travail.

 

Modifications urgentes du droit du travail:

La transformation numérique offre la possibilité d'intensifier le nombre de télé-travailleurs,  et B.Mettling a cité le droit et le devoir de déconnexion, à définir par chaque entreprise, ainsi que l'évolution nécessaire du droit du travail, le maintien du forfait-jour, et les nouvelles formes d'emploi, sans mettre en danger notre modèle social. 

 

Principal blocage : le management

Sans lui jeter la pierre, tant ce rôle de manager a évolué, B.Mettling a indiqué que le principal frein à la transformation numérique n'est pas le problème d'infrastructure mais celui des managers. Les repères traditionnels se trouvent bouleversés et en directeur des ressources humaines, il a expliqué qu'il était temps de passer à la  gestion des compétences, au lieu de gestion des emplois, mesurés en qualification et performance.

 

La réussite par le mode agile et la reconnaissance:

Si cette transformation numérique s'accomplit, elle passe par un fonctionnement en mode "Agile", (propre aux startups, mais adopté par bien d'autres, en raison de sa souplesse, de l'adaptation continuelle par la validation client à chaque étape d'un projet), et à une reconnaissance différente du travail de chacun, octroyant plus de liberté et d'autonomie, pas seulement aux jeunes qui l'exigent.

Et cette transformation culturelle, qui comporte également des risques, s'avère en fin de compte beaucoup plus efficace et approuvée par la majorité.

L'exemple "gamer", dans une équipe d'e-sport, si le dernier entré est le plus compétent, performant, il devient d'office le leader. Pas de règle d'ancienneté. Seulement d'efficacité immédiate !

 

En conclusion, le numérique, une formidable opportunité pour revisiter l'entreprise et ses modes de fonctionnement, et un considérable chantier de formation...